Lien Janvier/Février 2017

2017, pas seulement un anniversaire !

En 2017, nous célébrerons le cinqcentième anniversaire de l’affichage par Martin Luther de ses thèses sur la porte de l’Eglise du château de Wittenberg.

Cet anniversaire sera l’occasion de rappeler, au-delà du cercle restreint de notre paroisse, les origines du protestantisme resituées dans le contexte de l’époque, son cheminement au long des siècles, ses errements et ses erreurs.

Même si il sera important de faire connaitre et partager d’où nous venons, nous devrons surtout dire avec conviction ce que signifie Annoncer et vivre l’Evangile pour les protestants d’aujourd’hui.

L’année 2017 sera donc jalonnée de moments forts autour de ces thèmes.

En attendant, je vous souhaite, au nom du Conseil Presbytéral, une Bonne Année 2017

Philippe VINCENT

FETE DE L’AVENT:

Dimanche 4 décembre, les enfants de l’éveil et de l’école bibliques (une bonne dizaine, à laquelle s’étaient joints les catéchumènes de Sedan) ont fêté l’Avent avec une assemblée nombreuse, lors d’un après-midi joyeux et animé par des chants de Noël traditionnels, en français, en allemand, en espagnol (bravo à Alexis pour « le petit tambour »!) accompagnés par l’accordéon de Florian. Les enfants avaient préparé une saynète: quatre anges-vêtus de blanc, bien sûr – préparent l’arrivée de Jésus sur la Terre, mais trois sont si affairés qu’ils en oublient le petit quatrième : il ne peut les suivre et demande de l’aide pour trouver l’endroit où Jésus va venir au monde. Pas de chance ! Il rencontre successivement un monsieur pressé, qui ignore tout de l’événement et que cela n’intéresse pas, un pauvre en loques, bien certain que ce ne se passera pas chez lui, un blessé, attaqué par des voyous : il compte sur un Dieu justicier, une prédicatrice zélée qui ne cesse de répéter : Tout ira bien ! Dieu s’occupera de tout!

Enfin le petit ange finit par trouver l’endroit et apporte une couverture à Marie-touchante du haut de ses trois ans ! – qui emmaillote son nouveau-né sous l’œil attentif de Joseph. Alors tous les anges du ciel annoncent la bonne nouvelle aux Hommes et chantent-avec l’assemblée- « Les anges dans nos campagnes… ».

Bravo à tous les acteurs, merci aux adultes metteurs en scène (et acteurs) !

Après des chants des catéchumènes de Sedan, la distribution de friandises et d’une étoile à accrocher dans le sapin, puis le moment

moment du goûter pour petits et grands : un après-midi convivial et chaleureux pour partager la joie de l’Avent…

Impressions:

« C’était bien! Les jeunes de Sedan ont bien chanté. Nous avons écouté trois contes, mon préféré : « le quatrième mage. « Il y avait beaucoup de bonnes choses au goûter. On a reçu une belle étoile en cadeau. »  Mark

« C’était super! On a joué une pièce de théâtre sur la naissance de Jésus, on a chanté plein de chants de Noël et on a eu un super-goûter ! »   Nina

« J’ai bien aimé mon rôle (narrateur) dans la pièce et surtout le goûter ! on a aussi écouté des histoires et on s’est bien amusé avec les autres enfants ! C’était vraiment un super-moment ! »   Paul

_______________________________________________

Début octobre, nous avons dit au revoir à Michèle et Jocelyn FREZZATO qui ont quitté les Ardennes pour la Charente Maritime. Nous avons exprimé notre reconnaissance à Michèle pour son ministère de prédicatrice et de conseillère presbytérale. Aux dernières nouvelles, ils poursuivent leur installation à Médis : nous leur souhaitons un agréable séjour dans leur nouvelle résidence et la paroisse de Royan.

_______________________________________________

LA COLLECTE DE TIMBRES oblitérés (sauf les timbres ordinaires) continue au profit du DEFAP- service protestant de mission, découpés à 1cm du bord, et déposés au temple de Charleville.

UN EMPEREUR PROTESTANT A CHARLEVILLE

……c’est le titre d’un article du journal L’UNION-L’ARDENNAIS (26/10/2016), dans une page « spéciale 14-18 », de M. Jacques LAMBERT, président de la revue bien connue TERRES ARDENNAISES. Il a retrouvé des témoignages de Carolomacériens qui ont entendu, le dimanche 11 octobre 1914, l’empereur allemand Guillaume II déclarer à ses troupes : « Je suis l’envoyé de Dieu; il faut que l’Allemagne vive pour le bien de l’humanité. » Jacques Lambert poursuit : « Le temple de Charleville, avenue Nationale (aujourd’hui avenue de Gaulle) se révélant trop petit, l’empereur en fait installer un dans le manège des nouvelles casernes de l’avenue Nationale, dont les alentours sont hautement sécurisés, selon un autre témoignage, par des mitrailleuses en batterie et des policiers, pour la parade après l’office, dont il arrivait même parfois à Guillaume II d’assurer le sermon!

CLIN D’OEIL BIBLIQUE:

D’où vient l’expression: qui a des oreilles pour entendre, entende ! Pour le savoir… à vos bibles !

Réponse des mois de novembre – décembre : une année sabbatique

L’année sabbatique était pratiquée par les Hébreux qui observaient une loi du Deutéronome (15/1-11) : « Tous les sept ans, vous accorderez une remise de dettes à vos débiteurs…Si l’un de vos compatriotes hébreux-homme ou femme – doit se vendre à vous comme esclave, il vous servira pendant six ans. La septième année, vous lui rendrez sa liberté. Mais vous ne le laisserez pas aller les mains vides : vous lui donnerez de tout ce que le Seigneur Votre Dieu vous a généreusement accordé… Souvenez-vous que vous avez été esclaves en Egypte et que le Seigneur votre Dieu vous a libérés. »

Tous les sept ans, c’est aussi le rythme du sabbat, tous les sept jours, en l’honneur de Dieu ; le peuple, qui a fait l’expérience de l’esclavage et de la libération, est invité à s’en souvenir. Certes l’esclavage existait même au sein du peuple de Dieu, mais qu’un esclave puisse recouvrer la liberté au bout de sept ans s’il le souhaite, était une avancée sociale dans le monde antique.

Notre époque a remis l’expression au goût du jour, dans le sens où elle désigne une année de rupture avec une activité, une profession (mais pas forcément tous les sept ans !) accordée (ou bien que l’on s’accorde) pour réaliser un projet particulier : on prend alors une année-ou un congé -sabbatique.